Archives mensuelles : novembre 2017

COP21 COP22 – COP23 – COP 24 – COP25…LES GRANDS MESSES CLIMATIQUES

Une nouvelle religion est née, Deo gracias !

Elle rassemble déjà un grand nombre de fidèles pour prier avec une ferveur toute particulière, caractéristique des religions naissantes, religion salvatrice à la mode qui rassemble un grand nombre de fidèles.

Comme toute religion, elle est soumise aux révélations de ‘’grands prêtes’’ qui imposent leurs vues aux autorités publiques et privées pour qu’ils s’engagent, non pas pour le rayonnement du dieu soleil, mais contre le réchauffement de la planète.

Ces ‘’grands prêtres’’ célèbrent des grands messes annuelles dénommées COP, généralement dans des endroits choisis pour leur charme, leur valeur touristique ou autres intérêts divertissants; cette année, ce devait le tour des Iles Fidji mais comme leur territoire terrestre s’est déjà fortement réduit du fait du réchauffement climatique et de la montée des eaux, il n’y avait pas de place suffisante pour accueillir tous les fidèles, ils ont dû se replier sur Bonn, ville dans laquelle, ils ne peuvent craindre un Tsunami, puisque cité non située le long d’un fleuve, ni les retombées des centrales nucléaires qui ont été désaffectées par ordre du dieu climat et dont l’énergie perdue est remplacée par une remise en activité de la vielle énergie fossile, le charbon, si ce n’est la tourbe ! Il faut bien vivre en attendant la rédemption climatique qui nous est promise par nos’’ grands prêtres’’ !

On peut néanmoins s’étonner que ces ‘’grands messes’’ se déroulent chaque année amenant sur le lieu saint de l’évènement des milliers de participants. Pour la COP 21 en avril 2016 à Paris, 45.000 fidèles ont été rassemblés, plusieurs milliers de sympathisants qui n’ont pas encore reçu les ordres sacrés, plusieurs milliers de touristes venus pour la circonstance,… ; Paris est une ville incontournable pour le tourisme  surtout si les frais sont à charge des différentes sectes qui sont toutes les bienvenues pour la célébration !

Ensuite, la COP 22 en octobre de la même année, plus de 50.000 participants dont 60 % de ‘’grands prêtres’’ le reste étant composé de journalistes et de membres des ONG, et plusieurs milliers de touristes venus pour la circonstance,… ; Marrakech est une ville fort prisée des touristes avec la même prise en charge des frais ! Ensuite, la COP 23, qui vient de ce terminer à Bonn et non aux Iles Fidji, pour des raisons d’organisation comme expliqué plus haut (tant pis pour le tourisme), seulement 20.000 ‘’grands prêtres’’ et leur acolytes y ont participé ; en effet, Bonn est moins prisé par la communauté climatique pour son attractivité touristique que Paris et Marrakech !

Pour ceux qui n’ont pas été intéressés par les attraits de la ville de Bonn pour organiser la dernière ‘’grand messe’’, il leur est loisible de rejoindre Paris le 12 décembre, pour une homélie qui est dénommée ‘’ONE PLANET SUMMIT’’ réservée en principe aux seuls ‘’grands- prêtres et leur acolytes proches et qui se déroulera à ‘’La Seine musicale’’, le nouvel écrin culturel inauguré sur l’île Seguin ! Cette journée, pourrait réunir plus d’un millier de ‘’grands prêtres’’ triés sur le volet mais il aura certainement des écrans géants, boulevard Hausmann pour ceux qui n’auraient pas reçu un carton d’invitation et qui voudraient joindre l’utile à l’agréable. Suivant des commentaires récents : « ‘’l’homélie’’ que l’on dénomme ( sommet pour les non-initiés ) du 12 décembre est passé dans le langage courant du chef de l’Etat et de la diplomatie française, sans que l’on en sache beaucoup plus sur les enjeux précis de cette rencontre ! ».

La COP24 devrait avoir lieu à Katowice, la ville n’étant pas un endroit de villégiature et polluée par les centrales au charbon, elle devrait attirer peu de fidèles, bien que la Pologne soit un pays très croyant mais d’une religion rivale.

En attendant la COP25 qui devrait se tenir au Brésil en 2019, plutôt à Copacabana que dans les quartiers des favelas ! Pour cette Xième ‘’grand messe’’ il y aura foule, il y aura foule et il s’indique maintenant déjà de réserver ses places à moins que d’ici 2019, l’Atlantique n’ait déjà submergé les superbes plages de la cité balnéaire.

Tous, vous qui êtes si prompts à prêcher la bonne parole et à nous culpabiliser de notre consommation irresponsable de CO2 de par nos activités productrices et créatrices, avez-vous déjà réfléchi à la quantité que vous consommez par vos déplacements, vos séjours, vos activités. Ces ‘’grands messes’’ répétées sont-elles indispensables à la survie du globe ? Ne pouvez-vous pas vous déplacer moins fréquemment et moins nombreux en organisant des messes basses sur des thèmes bien précis et non des barnums planétaires. Quelle est l’empreinte écologique que vous imprimez au détriment d’activités productives, qui elles, nous sont nécessaires pour notre existence quotidienne.

le réchauffement climatique

« Make Our Planet tolerable for today and sustainable for the future »,

LES TERRORISTES ISLAMISTES ———– LE FLUX ET LE REFLUX

Un seul mot d’ordre ‘’ No tinc por ‘’ – Nous n’avons pas peur. Cette clameur qui est née à Barcelone après les attentats meurtriers du mois d’août dernier s’est répandue dans l’Europe entière, clameur amplifiée par les milieux politiques et les médias. C’est une sorte de méthode Coué qui nous est inculquée pour nous garantir contre des fantasmes que nous devrions ne pas concevoir et surtout ne pas évoquer. Notre sentiment d’insécurité viendrait moins des actes terroristes qui, comme des métastases se développent partout, que de notre inconscient qui amplifie la gravité de notre anxiété. Non bon peuple, restez sereins, le terrorisme n’est qu’un préjugé anti-islamiste qui hante vos esprits et détruit vos cœurs !  ‘’ No tinc por ‘’

Nous nous réjouissons des revers militaires de Daesch sur le terrain et du rétrécissement du califat réduit à une peau de chagrin en Irak et en Syrie. Cette défaite interne devrait, non pas être la source d’un anéantissement de l’organisation djihadiste, mais d’un éclatement en myriades de terroristes qui vont quitter leur territoire sacré et rentrer dans nos pays européens, la plupart non idientifiables, munis de nouveaux patronymes, de nouveaux (faux)passeports, de nouvelles fringues bien occidentales, nouvelles physionomies, (barbe rasée), tous ces camouflages devraient leur permettre de se refaire une nouvelle vie et de poursuivre leur ‘’combat sacré’’ dans nos pays.  Leurs opérations barbares que nous vivons partout en Europe  seront toujours plus fanatiques et plus ‘’tranchantes’’ puisque vaincus et exclus temporairement du paradis d’Allah, expulsés de leurs territoires du Moyen-Orient, ils se replieront dans nos pays peuplés de mécréants, d’impies et d’ennemis de leur dieu ‘’Allah’’ pour y commettre leurs actes inhumains, répliques de leurs atrocités coutumières dans les territoires dont ils avaient le contrôle. Déjà, leur tactique a changé au Moyen-Orient car, outre les attentats qu’ils y perpètrent depuis des années, les assaillants opèrent des actions de guérilla qui concentrent et multiplient les attaques sur des cibles urbaines ; ils sont entrainés à cette guerre clandestine qu’ils ont apprise lors de la défense de leurs citadelles en Irak et en Syrie. En ce qui concerne les djhadistes occidentaux, dont l’endoctrinement fanatique reste entier et l’entrainement au combat, le quotidien, Il n’est pas difficile d’envisager que pareilles actions de guérilla puissent aussi se produire dans nos pays par la mise en place de réseaux structurés avec un encadrement organisé à la tête de combattants bien entrainés et disciplinés. Pour nous Européens, nous sommes les cibles privilégiées de l’EI, ces combattants expérimentés et déterminés, autant de bombes à retardement  pour ceux qui rentreront chez nous. Afin de perpétrer leurs sévices, ils profiteront d’une connaissance du terrain acquise dans leurs lieux et quartiers d’origine, cachés dans leurs familles, protégés par leurs fratries, dissimulés dans un environnement propice qui leur reste familier.

Ils sont partis par centaines, par milliers, sans difficulté, franchissant nos frontières intérieures de l’Espace Schengen sans contrôles, avec un billet d’avion aller simple avec correspondance par la Turquie, laissez-passer qui suffisait pour aller grossir le nombre des combattants d’Allah dans des pays parmi lesquels certaines tribus ou ethnies rebelles les accueillaient à bras ouverts. Pendant ce temps, nos Autorités ne pensaient qu’à régler son compte à Bachar El Assad, et ne voyaient pas cette mouvance islamiste funeste se rassembler, se gonfler en absorbant des légions rebelles qui avaient le seul mérite de combattre Bachar et par l’intégration de  nos ressortissants pour en augmenter le nombre. Nos Autorités ne voyaient pas ou ne voulaient pas voir la (dé)formation mentale que ces islamistes recevaient, dans leurs familles, dans leurs mosquées et dans nos prisons et pour combattre leur véritable ennemi, nous, peuples impies, qui ne méritons que le châtiment suprême, la mort ! Outre la barbarie que pratiquaient ces fanatiques dans les territoires soumis au califat, des attentats nombreux et sanglants furent commis dans nos pays au nom d’Allah par des terroristes couverts par la nationalité que nous leur avons généreusement octroyée, soit, qu’ils l’avaient reçue par filiation, droit du sang ou du sol, toutes subtilités juridiques européennes devant conduire à l’assimilation ou  à l’intégration dont ils ne veulent pas, la loi du Coran étant la seule règle qu’ils reconnaissent alors qu’ils outragent nos lois civiles ; cette intégration à notre société et à nos valeurs  dont nous étions si fiers s’avère être un  échec total que nous voulions ignorer avec les conséquences que l’on sait et dont on ne connaît que le commencement.

Combien seront-ils à revenir dans nos pays, ‘’légalement’’ avec de faux passeports, ou clandestinement, en se noyant dans la foule des réfugiés, ou tout simplement en faisant amende honorable ce que notre immense miséricorde traditionnelle acceptera sans broncher en accueillant à bras ouverts tous ces ‘’repentis’’ ? Combien seront-ils à revenir avec épouses légitimes ou femmes épousées pour la circonstance et enfants (nombreux) en s’infiltrant à travers les mailles du filet des frontières extérieures de l’Espace Schengen et par malheur, s’ils ne sont pas pris dans la nasse, comment les repérer et les anéantir ?

djihadiste_17_11

Ces terroristes reviendront, non pas avec armes, ils en trouveront chez nous, ni bagage, ils fabriqueront localement, dans leurs cellules dormantes, les bombes et les détonateurs. Ils reviendront avec femmes et enfants, qu’ils ont emmenés pour les initier à leurs actes barbares, femmes seules (et partagées) recrutées pour servir leur cause, enfants qu’ils ont engendrés en grand nombre pour répondre à la volonté du prophète mais surtout obtempérer aux injonctions des sbires autochtones  de Daech, afin de leur apprendre à torturer, à tuer, à massacrer et le jour venu, renouveler la masse des tueurs de cette nouvelle barbarie. De par leur  fanatisme, ils se ‘’sacrifieront’’ chez nous en martyrs au cours de leurs attentats pour atteindre leur Paradis et avoir droit ‘’à 72 vierges à déflorer en récompense de leur loyauté à Allah ‘’….. paradis auquel qu’ils n’ont pas pu parvenir en mourant en héros dans leur combat contre les infidèles dans les territoires du califat. Ils reviendront pour commettre leurs actes barbares chez nous puisque  nous aurons entretemps ‘’libéré’’ les territoires du califat et nous être réjouis d’avoir fait table rase de cette engeance barbare dans les régions conquises,

Comment éradiquer le péril quotidien de ces terroristes qui sont malheureusement, pour nombre d’entre eux, nos compatriotes, musulmans d’origine ou par conversion, hommes, femmes, familles entières avec enfants, terroristes islamistes avec la haine viscérale de l’occident et de ses valeurs collée au corps, haine exacerbée par des êtres bestiaux qui n’ont plus rien d’humain. Comment  gérer le retour dans leurs pays d’accueil des ces islamistes assassins, revenus pour y semer la panique afin de parvenir à étendre leur califat sanguinaire par le recours à la charia dans nos pays occidentaux, impies et mécréants.

Qu’allons-nous faire de tous ces fanatiques sanguinaires qui nous reviennent ? Allons-nous les enfermer par familles entières, allons-nous séparer les hommes dans des prisons spécialement construites et coupées du monde pour y incarcérer ces terroristes, les femmes dans des endroits fermés spécialisés en lavage de cerveau, les enfants dans des crèches de déradicalisation pourvues de bandes dessinées conçues pour leur apprendre les vertus de paix et de fraternité qui sont les principes mêmes de notre société, mais seront-ils encore récupérables ? Pouvons-nous les confiner dans nos pays, enfermés des lieux isolés, entourés de barbelés, à édifier dans la nature mais dont la population autochtone, malgré toutes les pressions ne voudra pas. Pouvons-nous acheter une île ou une oasis entourées de miradors pour les accueillir et les pourvoir de tous les biens qui leur sont nécessaires, dont l’accès à Internet et la mise à disposition de téléphones mobiles, pour continuer leur  terrifiant combat. Tous ces remèdes ne sont que pure utopie car une fois encore, nous trouverons de bonnes âmes pour prétendre que l’on ne peut partager les familles, séparer les parents de leurs enfants, les mères de leurs rejetons, les papas de leurs mamans !

Sauf vouloir nous attirer les condamnations pour cruauté par tous nos bons apôtres de la fraternité universelle, pouvons-nous comme l’évoquait la Ministre française des Armées : « Si les jihadistes périssent dans les combats, je dirais que c’est tant mieux 

Que faire ? Nous répéter inlassablement, ‘’nous n’avons pas peur’’ pour nous exorciser, non plus de la menace, mais de la réalité d’une charia à l’échelle de nos pays occidentaux. « Il y a peu de doutes que l’EI, ou quelque chose d’autre de similaire, survivra à la campagne mondiale lancée contre lui » (Riched Barrett)

TENIM POR – NOUS AVONS PEUR