COP21 COP22 – COP23 – COP 24 – COP25…LES GRANDS MESSES CLIMATIQUES

Une nouvelle religion est née, Deo gracias !

Elle rassemble déjà un grand nombre de fidèles pour prier avec une ferveur toute particulière, caractéristique des religions naissantes, religion salvatrice à la mode qui rassemble un grand nombre de fidèles.

Comme toute religion, elle est soumise aux révélations de ‘’grands prêtes’’ qui imposent leurs vues aux autorités publiques et privées pour qu’ils s’engagent, non pas pour le rayonnement du dieu soleil, mais contre le réchauffement de la planète.

Ces ‘’grands prêtres’’ célèbrent des grands messes annuelles dénommées COP, généralement dans des endroits choisis pour leur charme, leur valeur touristique ou autres intérêts divertissants; cette année, ce devait le tour des Iles Fidji mais comme leur territoire terrestre s’est déjà fortement réduit du fait du réchauffement climatique et de la montée des eaux, il n’y avait pas de place suffisante pour accueillir tous les fidèles, ils ont dû se replier sur Bonn, ville dans laquelle, ils ne peuvent craindre un Tsunami, puisque cité non située le long d’un fleuve, ni les retombées des centrales nucléaires qui ont été désaffectées par ordre du dieu climat et dont l’énergie perdue est remplacée par une remise en activité de la vielle énergie fossile, le charbon, si ce n’est la tourbe ! Il faut bien vivre en attendant la rédemption climatique qui nous est promise par nos’’ grands prêtres’’ !

On peut néanmoins s’étonner que ces ‘’grands messes’’ se déroulent chaque année amenant sur le lieu saint de l’évènement des milliers de participants. Pour la COP 21 en avril 2016 à Paris, 45.000 fidèles ont été rassemblés, plusieurs milliers de sympathisants qui n’ont pas encore reçu les ordres sacrés, plusieurs milliers de touristes venus pour la circonstance,… ; Paris est une ville incontournable pour le tourisme  surtout si les frais sont à charge des différentes sectes qui sont toutes les bienvenues pour la célébration !

Ensuite, la COP 22 en octobre de la même année, plus de 50.000 participants dont 60 % de ‘’grands prêtres’’ le reste étant composé de journalistes et de membres des ONG, et plusieurs milliers de touristes venus pour la circonstance,… ; Marrakech est une ville fort prisée des touristes avec la même prise en charge des frais ! Ensuite, la COP 23, qui vient de ce terminer à Bonn et non aux Iles Fidji, pour des raisons d’organisation comme expliqué plus haut (tant pis pour le tourisme), seulement 20.000 ‘’grands prêtres’’ et leur acolytes y ont participé ; en effet, Bonn est moins prisé par la communauté climatique pour son attractivité touristique que Paris et Marrakech !

Pour ceux qui n’ont pas été intéressés par les attraits de la ville de Bonn pour organiser la dernière ‘’grand messe’’, il leur est loisible de rejoindre Paris le 12 décembre, pour une homélie qui est dénommée ‘’ONE PLANET SUMMIT’’ réservée en principe aux seuls ‘’grands- prêtres et leur acolytes proches et qui se déroulera à ‘’La Seine musicale’’, le nouvel écrin culturel inauguré sur l’île Seguin ! Cette journée, pourrait réunir plus d’un millier de ‘’grands prêtres’’ triés sur le volet mais il aura certainement des écrans géants, boulevard Hausmann pour ceux qui n’auraient pas reçu un carton d’invitation et qui voudraient joindre l’utile à l’agréable. Suivant des commentaires récents : « ‘’l’homélie’’ que l’on dénomme ( sommet pour les non-initiés ) du 12 décembre est passé dans le langage courant du chef de l’Etat et de la diplomatie française, sans que l’on en sache beaucoup plus sur les enjeux précis de cette rencontre ! ».

La COP24 devrait avoir lieu à Katowice, la ville n’étant pas un endroit de villégiature et polluée par les centrales au charbon, elle devrait attirer peu de fidèles, bien que la Pologne soit un pays très croyant mais d’une religion rivale.

En attendant la COP25 qui devrait se tenir au Brésil en 2019, plutôt à Copacabana que dans les quartiers des favelas ! Pour cette Xième ‘’grand messe’’ il y aura foule, il y aura foule et il s’indique maintenant déjà de réserver ses places à moins que d’ici 2019, l’Atlantique n’ait déjà submergé les superbes plages de la cité balnéaire.

Tous, vous qui êtes si prompts à prêcher la bonne parole et à nous culpabiliser de notre consommation irresponsable de CO2 de par nos activités productrices et créatrices, avez-vous déjà réfléchi à la quantité que vous consommez par vos déplacements, vos séjours, vos activités. Ces ‘’grands messes’’ répétées sont-elles indispensables à la survie du globe ? Ne pouvez-vous pas vous déplacer moins fréquemment et moins nombreux en organisant des messes basses sur des thèmes bien précis et non des barnums planétaires. Quelle est l’empreinte écologique que vous imprimez au détriment d’activités productives, qui elles, nous sont nécessaires pour notre existence quotidienne.

le réchauffement climatique

« Make Our Planet tolerable for today and sustainable for the future »,

Laisser un commentaire