COP21- COP22 … – ONE PLANET SUMMIT -…… ’’MAKE OUR PLANET GREAT AGAIN’’

COP21 – COP22 – ONE PLANET SUMMIT……
’’MAKE OUR PLANET GREAT AGAIN’’

TOUTES CES CEREMONIES CLIMATIQUES SONT-ELLE INDISPENSABLES ?
Vous tous, les fanatiques du réchauffement climatiques, vous qui êtes si prompts à prêcher la bonne parole et à nous culpabiliser de notre consommation irresponsable d’énergies de par nos activités productrices et créatrices, avez-vous déjà réfléchi à la quantité de CO2 que vous consommez par le nombre de vos déplacements, vos séjours, vos activités à travers le monde pour défendre la cause du climat. Ces ‘’grands messes’’ répétées sont-elles indispensables à la survie future du globe ? Ne pouvez-vous pas vous déplacer moins fréquemment et moins nombreux en organisant des réunions sur des thèmes bien précis et en renonçant à des barnums planétaires rassemblant plusieurs milliers de personnes, personnalités de tous bords, gourous, manifestants, etc…. Quelle est l’empreinte écologique que vous imprimez par ses déplacements inutiles au détriment d’activités productives. Le Sommet climatique de Paris, dénommé en franglais ‘’One Planet Summit’’ pour lequel le Président français a mobilisé des dirigeants d’organismes internationaux , à séduit 60 chefs d’Etat et de gouvernement, des dizaines d’acteurs mondiaux de la finance publique et privée sous le regard vigilant de quelques ONG bien décidées à mettre sous pression les récalcitrants et à surveiller tout ce beau monde pour qu’il soit bien avisé d’adopter de bonnes décisions, les leurs, et à s’engager à mettre en œuvre toutes sortes de promesses, le plus souvent inconsidérées. Tous les ors de Paris et de la République avaient été déployés pour ce spectacle éblouissant afin de démontrer la grandeur de la France et assurer la communication ainsi que la publicité de son Président ! Une promenade en bateau, un éclairage éclatant, des fastes majestueux organisés pour admirer le renouvellement architectural et écologique de l’Ile Seguin. Merci pour cette initiative, contribution indispensable à stopper le réchauffement climatique actuel et tenter de restreindre dès maintenant la lente disparition de la planète qui est nous est indubitablement garantie dans le futur !

Tous ces sommets, ces réunions, ces conférences sur le réchauffement climatique sont devenus des thèmes ‘’à la mode’’ qui ont mobilisé l’opinion et qui ont induit une sorte de frénésie climatique collective; malheur à celui ou à celle ou à ceux qui voudraient mettre quelque peu en veilleuse cette tragédie qui nous est promise pour le futur et plutôt se préoccuper de nos problèmes actuels.

Pour certaines ONG, grands prêtres du réchauffement climatique et leurs gourous, secte à laquelle nous devons tous adhérer et faire notre sacrifice individuel et collectif aujourd’hui pour survivre demain, menace importante certes, mais dont l’urgence et les moyens financiers nécessaires pour y faire face restent à démontrer. Ces ONG climatiques et leurs acolytes parviennent à sensibiliser et même plus, à envouter le bon peuple aux abois pour les convaincre de leurs mesures incantatoires auxquelles nous devrons nous soumettre pour, peut-être un jour, parvenir à sauver la planète, pour le persuader de l’urgence des mesures à prendre et des montants astronomiques qu’il nous faut et nous faudra débourser, dont une part du gâteau leur est acquise bien entendu. Afin de démontrer le bien-fondé de leurs théories, on nous fait fondre de remords en nous montrant la banquise qui fond inexorablement et des ours blancs dont une photo d’un animal famélique a fait le tour du monde sur les réseaux sociaux !

 

Pendant que nous dépensons actuellement des sommes considérables, que nous engageons des montants futurs astronomiques pour sauver la planète, pendant ce temps, des enfants meurent d’épidémies, de la guerre, du terrorisme, en résumé, des d’atrocités, thèmes qui ne sont pas fédérateurs pour nos Excellences et leurs aréopages comme celui qui prévaut pour le sauvetage de la planète.

Pas de conférences annuelles, pas de sommets, pas de réunions pour mettre fin à cette responsabilité collective qui est une infamie déshonorante, non pas pour notre planète, mais pour le genre humain. Sauver des enfants de la misère et de la faim est une mission actuelle qui nous incombe à tous, non pas pour le futur, non pas pour demain, mais pour aujourd’hui et dans l’urgence.

Des organismes, tels l’UNICEF et autres ONG, Action contre la Faim MSF, SOS Faim, plus crédibles car elles prennent en charge les problèmes humains sur le terrain, tentent de mobiliser l’opinion pour attirer notre attention sur un problème plus proche de nous et plus urgent à maîtriser, celui de génocides qui se déroulent un peu partout dans le monde, évènements qui ne nous laissent pas indifférents certes, mais qui ne mobilisent pas les foules. Pourquoi ? Est-ce parce que nous sommes plus sensibles à un animal affamé qu’à des milliers d’enfants qui meurent sous les balles, les bombardements, les machettes ou sont tout simplement brûlés vifs en familles dans leurs masures. N’avons-nous pas honte de notre manque d’attention apporté à ces drames actuels et quotidiens alors que nous sommes envoûtés par un hypothétique réchauffement qui surviendra quand ?….. Demain.

Politiquement, il est nettement plus facile de réunir les Eminences de l’ONU, la gouvernance de Banque mondiale, des centaines de chefs d’Etat et de gouvernements à Paris pour palabrer sur le réchauffement climatique et attirer des fonds ‘’verts’’ de préférence que pour faire cesser ces atrocités que nous nous empressons, ceux qui nous gouvernent, d’ignorer et nous tous, de ne pas voir !

En Birmanie, L’ONG MSF estime ‘’que la violence était la cause de 71,7 % des décès déclarés de 6.700 Rohingyas, suivant des estimations les plus prudentes, dont au moins 730 enfants âgés de moins de cinq ans », précise MSF.

L’Unicef a lancé un cri d’alarme mardi sur la situation en République démocratique du Congo où 400.000 enfants sévèrement malnutris risquent de mourir dans la région du Kasaï (centre) qui subit des violences depuis septembre 2016. Le Fonds des Nations Unies n’a obtenu en 2017 que 15% du financement nécessaire pour fournir nourriture et soins à la population !

COP21 COP22 – COP23 – COP 24 – COP25 – ONE PLANET SUMMIT…… ’’MAKE OUR PLANET GREAT AGAIN’’ TOUTES Ces cérémonies climatiques A repetition sont-elles BIEN INDISPENDABLES ?

Vous tous, les fanatiques du réchauffement climatiques, vous qui êtes si prompts à prêcher la bonne parole et à nous culpabiliser de notre consommation irresponsable d’énergies de par nos activités productrices et créatrices, avez-vous déjà réfléchi à la quantité de CO2 que vous consommez par le nombre de vos déplacements, vos séjours, vos activités à travers le monde pour défendre la cause du climat. Ces ‘’grands messes’’ répétées sont-elles indispensables à la survie future du globe ? Ne pouvez-vous pas vous déplacer moins fréquemment et moins nombreux en organisant des réunions sur des thèmes bien précis et en renonçant à des barnums planétaires rassemblant plusieurs milliers de personnes, personnalités de tous bords, gourous, manifestants, etc…. Quelle est l’empreinte écologique que vous imprimez par ses déplacements inutiles au détriment d’activités productives. Le Sommet climatique de Paris, dénommé en franglais ‘’One Planet Summit’’ pour lequel le Président français a mobilisé des dirigeants d’organismes internationaux , à séduit 60 chefs d’Etat et de gouvernement, des dizaines d’acteurs mondiaux de la finance publique et privée sous le regard vigilant de quelques ONG bien décidées à mettre sous pression les récalcitrants et à surveiller tout ce beau monde pour qu’il soit bien avisé d’adopter de bonnes décisions, les leurs, et à s’engager à mettre en œuvre toutes sortes de promesses, le plus souvent inconsidérées. Tous les ors de Paris et de la République avaient été déployés pour ce spectacle éblouissant afin de démontrer la grandeur de la France et assurer la communication ainsi que la publicité de son Président ! Une promenade en bateau, un éclairage éclatant, des fastes majestueux organisés pour admirer le renouvellement écologique de l’Ile Seguin. Merci pour cette initiative, contribution indispensable à stopper le réchauffement climatique actuel et tenter de restreindre dès maintenant la lente disparition de la planète qui est nous est indubitablement garantie dans le futur !

Tous ces sommets, ces réunions, ces conférences sur le réchauffement climatique sont devenus des thèmes ‘’à la mode’’ qui ont mobilisé l’opinion et qui ont induit une sorte de frénésie climatique collective; malheur à celui ou à celle ou à ceux qui voudraient mettre quelque peu en veilleuse cette tragédie qui nous est promise pour le futur et plutôt se préoccuper de nos problèmes actuels.

Pour certaines ONG, grands prêtres du réchauffement climatique et leurs gourous, secte à laquelle nous devons tous adhérer et faire notre sacrifice individuel et collectif aujourd’hui pour survivre demain, menace importante certes, mais dont l’urgence et les moyens financiers nécessaires pour y faire face restent à démontrer. Ces ONG climatiques et leurs acolytes parviennent à sensibiliser et même plus, à envouter le bon peuple aux abois pour les convaincre de leurs mesures incantatoires auxquelles nous devrons nous soumettre pour, peut-être un jour, parvenir à sauver la planète, pour le persuader de l’urgence des mesures à prendre et des montants astronomiques qu’il nous faut et nous faudra débourser, dont une part du gâteau leur est acquise bien entendu. Afin de démontrer le bien-fondé de leurs théories, on nous fait fondre de remords en nous montrant la banquise qui fond inexorablement et des ours blancs dont une photo d’un animal famélique a fait le tour du monde sur les réseaux sociaux !

Pendant que nous dépensons actuellement des sommes considérables, que nous engageons des montants futurs astronomiques pour sauver la planète, pendant ce temps, des enfants meurent d’épidémies, de la guerre, du terrorisme, en résumé, des d’atrocités, thèmes qui ne sont pas fédérateurs pour nos Excellences et leurs aréopages comme celui qui prévaut pour le sauvetage de la planète.

Pas de conférences annuelles, pas de sommets, pas de réunions pour mettre fin à cette responsabilité collective qui est une infamie déshonorante, non pas pour notre planète, mais pour le genre humain. Sauver des enfants de la misère et de la faim est une mission actuelle qui nous incombe à tous, non pas pour le futur, non pas pour demain, mais pour aujourd’hui et dans l’urgence.

Des organismes, tels l’UNICEF et autres ONG, Action contre la Faim MSF, SOS Faim, plus crédibles car elles prennent en charge les problèmes humains sur le terrain, tentent de mobiliser l’opinion pour attirer notre attention sur un problème plus proche de nous et plus urgent à maîtriser, celui de génocides qui se déroulent un peu partout dans le monde, évènements qui ne nous laissent pas indifférents certes, mais qui ne mobilisent pas les foules. Pourquoi ? Est-ce parce que nous sommes plus sensibles à un animal affamé qu’à des milliers d’enfants qui meurent sous les balles, les bombardements, les machettes ou sont tout simplement brûlés vifs en familles dans leurs masures. N’avons-nous pas honte de notre manque d’attention apporté à ces drames actuels et quotidiens alors que nous sommes envoûtés par un hypothétique réchauffement qui surviendra quand ?….. Demain.

Politiquement, il est nettement plus facile de réunir les Eminences de l’ONU, la gouvernance de Banque mondiale, des centaines de chefs d’Etat et de gouvernements à Paris pour palabrer sur le réchauffement climatique et attirer des fonds ‘’verts’’ de préférence que pour faire cesser ces atrocités que nous nous empressons, ceux qui nous gouvernent, d’ignorer et nous tous, de ne pas voir !

En Birmanie, L’ONG MSF estime ‘’que la violence était la cause de 71,7 % des décès déclarés de 6.700 Rohingyas, suivant des estimations les plus prudentes, dont au moins 730 enfants âgés de moins de cinq ans », précise MSF.

L’Unicef a lancé un cri d’alarme mardi sur la situation en République démocratique du Congo où 400.000 enfants sévèrement malnutris risquent de mourir dans la région du Kasaï (centre) qui subit des violences depuis septembre 2016. Le Fonds des Nations Unies n’a obtenu en 2017 que 15% du financement nécessaire pour fournir nourriture et soins à la population !
oursblnac_17_12


 

 

« WE MUST MAKE OUR WORLD PEACEFUL AND HELPFUL FOR TODAY & TOMORROW »

Laisser un commentaire