ÉGLISE CATHOLIQUE ET UNION EUROPÉENNE – IMMIGRATION : MÊME COMBAT

Le Vatican et l’Union Européenne s’allient pour convaincre leurs ouailles ou plutôt leur imposer spirituellement pour l’un, politiquement et juridiquement pour l’autre, d’accueillir des migrants à bras ouverts sans limite et sans la moindre restriction. Tous sont les bienvenus dans le royaume européen de Dieu et/ou dans l’’Eden’’ de l’Europe des 28(27). C’est à croire que nos Autorités ecclésiastiques et politiques ne connaissent pas la provenance de ces réfugiés, ni leur confession, ni leurs traditions et qu’ils négligent la capacité d’absorption par les populations de nos pays de ces vagues successives d’émigrés qui forment des communautés parmi lesquelles la loi coranique est la suprême confession et devrait être imposée à tous, croyants et mécréants. En tentant d’intégrer ce flux de centaines de milliers, voire de plusieurs millions de réfugiés qui conserveraient leurs particularités de vie, de mœurs et de croyances, ne serions-nous pas submergés sous cette pression migratoire ? Devrions nous, populations des pays d’accueil, abandonner notre façon de vivre, nos coutumes, nos traditions pour nous précipiter à bras ouverts vers toutes les vertus que ces réfugiés nous apportent dans leur maigre bagage dont le Coran dont nous devrions peut-être un jour, sous le nombre et par la menace, suivre les principes ! Pour les ‘’Princes’’ qui nous gouvernent, cet appel à notre solidarité est évidente et nous fait accéder à un monde nouveau multiculturaliste et pluriel. C’est beau, c’est incantatoire, mais tant le pouvoir religieux, claustré dans les murs du Palais du Vatican, que le pouvoir politique européen dont les Eminences sont retranchées dans leurs tours d’ivoire européennes, nient la réalité de ce nouvel exode ; cette migration (musulmane) non contenue et non choisie est l’importation d’une civilisation qui n’est pas la nôtre et dont la religion islamiste prosélytique est le vecteur du dépérissement, sinon de la disparition à terme de notre civilisation judéo-chrétienne ; de notre culture gréco-latine et de notre religion chrétienne. Ne devons-nous pas, au contraire, endiguer ce flot d’immigration musulmane qui, à travers son bras armé islamiste, se répand et s’infiltre comme des métastases partout à travers toute l’Europe. Ce flux migratoire d’étrangers, ces réfugiés que nous devrions accueillir avec allégresse, sont issus d’une civilisation et d’une culture qui n’est pas la nôtre. Nous devons redouter au contraire que notre participation forcée à cette vague migratoire encouragée par la magnanimité de nos élites nous fasse perdre les valeurs qui sont les nôtres et que nous soyons soumis, soit de facto, soit plus sournoisement, à renoncer à notre civilisation et forcés de devoir accepter de nous intégrer dans une société multi-culturaliste qu’ils appellent de leur vœux.

 

Laisser un commentaire