LE NAUFRAGE DU NAVIRE EUROPÉEN

naufrage_europe_A_18_07

Résumé

Le problème migratoire pour la plupart des ‘’Princes ‘’ qui nous gouvernent n’est plus d’ordre social mais bien de nature politique, cette nouvelle perception permet aux pouvoirs en place de se défausser plus facilement des préoccupations des citoyens en réservant la solution des problèmes de migration à la seule caste dirigeante en évitant d’écouter le bas peuple qui, par définition, ne comprend rien à la politique mais vit quotidiennement le problème de cet envahissement.  

Des reproches et parfois des menaces sont adressés vers les pays qui se plient pas aux diktats de la politique migratoire qui sont édictés par les ‘’Canons,, des technocrates européens; ces pays, dont ceux du Višegrad, depuis peu l’Autriche et plus récemment l’Italie, sont qualifiés de populistes sinon de fascistes et traités comme des pestiférés. La fille aînée de l’Eglise, qui voudrait être la fille ainée de l’Europe échappe bien entendu aux critiques alors que cette nation qui n’a pas de leçons à donner en matière d’accueil des migrants lance des critiques acerbes à des pays voisins, elle refoule tous les migrants à la frontière franco-italienne alors qu’en même temps, elle refuse ses ports méditerranéens aux bateaux d’émigrés pour des raisons juridiques ! C’est aussi la France, patrie des Droits de l’Homme qui refuse des centres fermés sur son sol le lendemain d’un sommet européen dont elle voulait assurer le leadership !

Qu’en est-il de l’Allemagne dont Madame Merkel a accueilli en 20l5 un millions de migrants ? (C’est cette base d’afflux de migrants syriens pour la plupart dont l’Union européenne se sert pour justifier un tarissement constant de l’afflux de migrants depuis cette année de référence de 2015 ). Pour cet accueil chaleureux et sans aucune restriction, l’Allemagne a agi seule sans consultation préalable des autres Etats membres mais elle a été néanmoins chaleureusement félicitée par tous nos bons apôtres européens pour sa magnanimité, sa générosité alors qu’elle a ouvert les portes de l’Allemagne pour faire face à un problème d’avenir en raison du manque de main d’œuvre dû au vieillissement de la population et à un problème plus immédiat soulevé par le patronat allemand à la recherche d’une main d’œuvre jeune, peu coûteuse, sans trop d’exigences. Cette ouverture des frontières a provoqué un appel d’air, non seulement en Germanie, mais dans l’Europe entière. Madame Merkel et tous les pays membres paient maintenant au prix fort une migration non contrôlée avec comme suite un afflux de migrants dont nombre de pays s’y soustraient malgré leurs beaux discours de fraternité. Nous ne connaissons pas encore le prix à payer pour notre hospitalité et notre magnanimité envers ces migrants que nous avons l’obligation d’accueillir à bras ouverts sous peine d’être traités de populistes ou pire encore, de fascistes.

Cette migration devait aussi nous apporter suivant la Commission européenne un complément de richesse, de ressources complémentaires. C’est en novembre 2015, que Monsieur Moscovici, l’angélique Commissaire européen à l’Economie, nous avait assuré que l’afflux de réfugiés allait avoir un impact positif sur l’économie, les prévisions économiques de l’UE, faisant état jusqu’en 2017, d’une arrivée de trois millions de migrants supplémentaires, induisant une croissance de 0,2% ou 0,3 %. Peu de temps après, il confirme ces boniments et en rajoute une couche, « Mais oui, (péremptoire !) les dépenses publiques en faveur de réfugiés ont un effet de relance sur l’économie européenne. Nous l’avons chiffrée à 0,2% ou 0,3 % point pour la croissance de l’Union, voire 0.4, à 0.5 point! A contrario, ce sont des budgets supplémentaires ajoutés à ceux déjà en cours pour tous ou presque tous les pays bordant la Méditerranée. Merci, Monsieur Moscovici, vous nous aviez, comme la plupart de vos collègues encore une fois enfumés ! Nous peuples européens, nous avons vécu, vivons et vivrons encore la première vague de migration de peuples qui sont en guerre ou dont la paix est précaire. On peut logiquement considérer qu’ils regagneront leurs pays d’origine, en partie du moins, lorsque leur sécurité et leurs conditions de vie seront améliorées à moins qu’Erdoğan les boute à la mer si nos Ediles européennes poursuivent leurs rodomontades incessantes à son égard. D’autres candidats à la légitimation de réfugiés s’ajoutent aux réfugiés pour des raisons de dénuement, ils sont issus de pays qui sont en paix mais viennent chercher en Europe de meilleures conditions de vie. C’est le début d’une deuxième vague de migrations économiques avant celles de migrations climatiques. Nous devrons encore subir ces courants migratoires au titre de valeurs européennes qui ne sont, ni universelles, ni même continentales mais édictées comme principes communs européens à tous les Etats membres et aux candidats à l’adhésion par la vertueuse Union européenne. Alors qu’un grand nombre de migrants proviennent de pays pour lesquels nos Eminences bruxelloises se sont accordées pour ouvrir les négociations d’adhésion à l’Union européenne ; ce sont ces population qui viennent grossir le nombre d’émigrés clandestins naturellement avant d’obtenir des visas en bonne due forme. Ces migrants se répandent partout, vont là où ils veulent, sans contrôles frontaliers en vertu des Accords de Schengen, autre ‘’Veau d’Or’’ européen surtout lorsque le ‘’benchmarking’’ Oh quel vilain mot ! a déjà déterminé la destination, souvent avant leur départ par leurs relations en Europe ou mieux par des ONG dont le bon cœur est débordant de générosité au point de se substituer aux mafias de passeurs . C’est à cette population que nous devons ouvrir nos cœurs et nos portes sans tenir compte des limites d’une acceptation tolérée par nos populations autochtones qui ne veulent perdre ni leur identité, ni leurs coutumes, ni leurs modes de vie et ne pas accepter les règles uniformes en matière de ‘’valeurs’’ que nos Eminences européennes retranchées dans leurs bunkers bruxellois ou luxembourgeois veulent leur imposer, par la force s’il le faut. Ce sont ces Eminences magnanimes qui n’ont jamais été en contact avec un seul migrant, ni dans leurs ‘’Tours d’Ivoire’’ de Bruxelles ni dans leurs propriétés privées des beaux quartiers de l’agglomération qui seront, faute de rétablir les frontières nationales seront bientôt entourés de barbelés pour tenir tous ces pouilleux à distance.

Nous pourrions, peut-être, au titre de la mixité des civilisations, abandonner notre façon de vivre, nos coutumes, nos traditions pour nous précipiter à bras ouverts vers toutes les vertus islamiques que ces réfugiés nous apportent dans leur maigre bagage dont le Coran pour en faire notre bible ! En effet, la très grande majorité des peuples musulmans dont les migrants sont issus pratiquent la religion musulmane (islamiste) ; devrons-nous nous également  par solidarité et devoir communautaire nous convertir à l’Islam en ployant sous le nombre et le fanatisme lié à cette irréligion ! Cette migration non contenue, non contrôlée et non choisie est l’importation d’une civilisation qui n’est pas la nôtre et dont la religion islamiste prosélytique et la culture se répandent comme des métastases ; elles s’infiltrent partout dans toute l Europe et sont le vecteur du dépérissement, sinon de la disparition à terme de notre civilisation judéo-chrétienne, de notre culture gréco-latine et de notre religion chrétienne.

Charles Martel a endigué l’invasion arabe à Poitiers. Cette bataille a servi de symbole pour la lutte de l’Europe chrétienne face aux musulmans, C’est maintenant l’Union européenne qui s’abstient ou plutôt encourage une société multiculturelle au nom de valeurs qui sont loin d’être partagées par les peuples européens qui se sentent agressés par une nouvelle invasion barbare acceptée sinon encouragée par nos Eminences européennes qui sont éloignées des populations et de leurs réalités quotidiennes en dénonçant un populisme dont ils sont les premiers responsables.

Le problème migratoire pour la plupart des ‘’Princes ‘’ qui nous gouvernent n’est plus d’ordre social mais bien de nature politique, cette nouvelle perception permet aux pouvoirs en place de se défausser plus facilement des préoccupations des citoyens en réservant la solution des problèmes de migration à la seule caste dirigeante en évitant d’écouter le bas peuple qui, par définition, ne comprend rien à la politique mais vit quotidiennement le problème de cet envahissement.

Les 4 pays du Višegrad, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie, pays auxquels se sont ajoutés l’Autriche, l’Italie, la Slovénie, qui partagent leurs préoccupations légitimes sont qualifiés de populistes, au sens péjoratif du terme naturellement ! Ces pays de traditions en défendant leur identité contre les diktats de Bruxelles défendent notre civilisation de l’Europe entière. Ils forment un cordon sanitaire contre l’invasion d’une civilisation musulmane à laquelle vous jetez notre civilisation judéo-chrétienne en pâture et forment un rempart pour défendent la civilisation de l’Europe entière celle que l’Union européenne ignore superbement et qui pourtant est enracinée, dans le terreau de nos racines ancestrales.
A TOUS, UN GRAND MERCI !